Autolyse

Forum d'information et d'entraide spécialisé sur le jeûne thérapeutique et spirituel.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jeûne, burn-out et fatigue chronique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vianney



Messages : 84
Date d'inscription : 21/08/2007
Age : 35
Localisation : Paris

MessageSujet: Jeûne, burn-out et fatigue chronique   Mar 7 Mar - 1:36

Jeûne, burn-out et fatigue chronique

Voilà un sujet trop rarement abordé et qui concerne pourtant un nombre croissant d'individus en cette époque productiviste, ou le rendement et la performance sont devenus des critères majeurs de sélections, conditionnant notre vie professionnelle et la vie sociale qui en découle.

J'ai vécu un burn-out il y a environ deux ans, je n'en suis pas encore totalement remis malgrè que la pratique de la méditation et mon régime alimentaire végétalien m'ont relativement bien préservé de la dépression qui l'accompagne dans 90% des cas et m'ont peut être aussi épargné l'hospitalisation.


Fonctionnement théorique de l'être humain et conditions du burn-out

Pour shématiser, l'être humain est une centrale énergétique qui d'un coté transforme des ressources externes via son énergie interne (fonctions physiologiques) afin d'entretenir son capital énergétique, et qui d'autre part dépense une part de son énergie interne en tranformations extérieurs dans le travail (fonctions physiques et mentales).

Fondamentalement l'être humain choisit instinctivement l'endroit et le mode de vie qui lui permettent d'avoir des apports équivalent ou supérieurs à ses besoins. Il produit ou récolte sa nouriture, se fabrique un abris, participe à la communauté puis se tourne les pouces. Toujours pour shématiser hein Wink

Mais l'homme moderne quant à lui a inventé un système économique qui déconnecte la production des besoins, on ne travaille plus pour subvenir directement à nos besoins, on travail pour subvenir aux besoins d'un système qui se pose en intermédiaire pour combler nos besoins, et qui ne manque pas de prendre sa part au passage.

Dès lors on peut se trouver en situation de devoir produire plus que ce que nos besoins naturels réclament et donc d'adopter un mode de vie déséquilibré bien que socialement accepté. Comme disait le philosophe indien Jiddu Krishnamurti ce n'est pas un signe de bonne santé mentale que d'être bien adapté à une société malade. Au delà d'un certain seuil les apports ne sont plus suffisants pour compenser la dépense énergétique consacrée à la production et le capital énergétique s'épuise.

Parfois, la situation financière, l'état psychologiques et de nombreux autres facteurs font que l'on ne détecte pas à temps les signes de ce déséquilibre ou bien que l'on choisit de les ignorer. Lorsque vient l'addition, elle est évidemment particulièrement salée.


Le burn-out

De nos jours il est courant de dire que l'on est en burn-out pour dire qu'on est sur les rotules, au bout du rouleau.

Afin d'éviter tout mal-entendu sur ce que je vais dire au sujet du jeûne dans le cadre d'un burn-out je dois clarifier ce qu'est vraiment le burn-out. Le burn-out ce n'est pas être à bout, le burn-out c'est être au bout. Pas une semaine ou un jour avant le bout, non, au bout. Cela veut dire que licenciement ou pas, démission ou pas, voire argent ou pas, vous n'allez plus bosser parce que vous avez atteinds votre limite. Vous avez détruit et/ou abanndonné toute vie sociale voire familiale depuis belle lurette, vous n'êtes plus dans un état psychologique qui vous permet de décrocher le téléphone et vous n'avez plus l'énergie de vous faire cuire un oeuf. Vous n'avez plus l'attention suffisante pour lire ou suivre une conversation prolongée sans que votre système nerveux déréglé ne s'emballe et ne génère des réactions inapropriées. Le simple fait de respirer peut vous sembler fatigant. Il n'y a plus qu'une seule chose qui vous ravis, l'idée d'hiberner pendant trois ans dans une grotte à l'abri du monde. C'est pourquoi malheureusement fautes d'aides et de prise en charge, certaines personnes qui font un burn-out finissent sdf.

Jeûner régénère mais jeûner recquiert impérativement un minimum de vitalité, de force, et d'équilibre nerveu, physiologique et psychologique pour que cette régénération puisse se produire. En cas de burn-out on ne dispose plus de ces ressources minimum et c'est la raison pour laquelle cela prends généralement plusieurs années pour recouvrer totalement une pleine santé et vitalité.

Dans ces conditions la pratique du jeûne hydrique (uniquement avec de l'eau) à moyen et long terme est inenvisageable et tout a fait déraisonnable dans la majorité des cas. Quand bien même l'individu disposerai des ressources suffisante pour jeûner, le burn-out se caractérise dans l'organisme par un état d'acidose extrème auquel il faudrait ajoutter l'acidose produite par le processus d'autolyse. Non seulement le jeûne s'avèrerai extrêmement difficile à supporter mais ce serait courir le risque de créer des complications physiologiques et nerveuses. En effet lorsque le milieu lymphatique dans lequel baignent les cellules est plus acide que les cellules elles même alors les cellules cessent d'évacuer leurs déchets, s'acidifient progressivement et dégénèrent.

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jeûne, burn-out et fatigue chronique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le syndrome de fatigue chronique
» Apnée du sommeil,toubles du sommeil et fatigue chronique
» Syndrome de Fatigue Chronique:
» FATIGUE CHRONIQUE ET PROTOCOLE TRAITEMENT
» syndrome de fatigue chronique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autolyse :: Forum Général-
Sauter vers: